Certains scénarios d’accident, s’ils ne sont pas maîtrisés, pourraient avoir des conséquences graves pour l’homme et l’environnement, y compris à l’extérieur du site. On parle alors d’accident majeur. D’importantes mesures de prévention permettent de limiter ce type de risques, dont la probabilité est très faible. Toutefois, le « risque zéro » n’existe pas.

Pour faire face à ce type de situation, des dispositions particulières sont prévues par les entreprises et la collectivité (services de l’Etat, mairies, établissements recevant du public…), notamment dans le PPI (Plan Particulier d’Intervention).

Plans d’urgence et moyens d’intervention

Le Plan d’Opération Interne de la plate-forme prévoit une organisation opérationnelle 24h/24, 365 jours par an. Elle repose sur des agents de sécurité postés et des équipes d’astreinte.

La plate-forme possède
  • une compagnie de sapeurs-pompiers volontaires formés aux risques chimiques
  • 200 sauveteurs-secouristes du travail
  • un service médical intégré
  • des équipes d’appui (dont une spécialisée en environnement)
  • un système informatisé d’alerte aux gaz
  • 13 véhicules d’intervention
  • 12 canons mobiles eau/ mousse
  • 50000 litres d’émulseur en réserve
  • un réseau d’eau sous pression de 11 km équipé de 70 lances incendie orientables 
  • 150 poteaux, assurant un débit de 3000 m3 / heure
  • une sirène «risque majeur» d’alerte aux populations
  • 3 véhicules «équipements mobiles d’alerte»
  • un système automatique d’alerte téléphonique des mairies riveraines
  • un protocole d’assistance mutuelle avec Arkema Jarrie
Tests des plans d’urgence
  • Le système d’alerte aux gaz et les réseaux de communication d’urgence sont testés chaque semaine. Une fois par an, la plateforme procède à une simulation totale de la procédure d’alerte gaz avec mise à l’abri de l’ensemble du personnel

  • Le POI fait l’objet d’une simulation mensuelle, avec différents scénarios (incendies, fuites de gaz, transports de matières dangereuses...). Une fois par an, un scénario de plus grande ampleur permet d’impliquer des observateurs et des moyens externes. Des exercices en partenariat avec Arkema et les pompiers publics sont effectués régulièrement.

  • Le PPI de la plate-forme fait l’objet d’exercices de sécurité civile conduits par la Préfecture, avec implication des différentes parties concernées. Le dernier test du PPI s’est déroulé en avril 2010 (simulation d’une fuite d’ammoniac).
Reconnaitre le signal d’alerte

Début d'alerte :

debut-alerte

Le signal d’alerte en cas de risque industriel est identique partout en France. Il avertit d’un danger imminent et indique que vous devez prendre les mesures de protection nécessaires. 

Dès que vous l’entendez, agissez...

Composé de trois cycles d’1 minute et 41 secondes séparées par un intervalle de 5 secondes, il est modulé, montant puis descendant. Les entreprises ou plateformes industrielles qui font l’objet de cette campagne d’information testent leur sirène le premier mercredi de chaque mois à midi. Saisissez cette occasion pour vous familiariser avec le son de la sirène !

Et si vous n’entendez pas la sirène....

Le signal sonore émis n’est pas toujours audible sur la totalité du périmètre d’application du plan de secours. Ce peut être le cas si vous vous trouvez dans une zone éloignée de la source de danger, dans laquelle l’alerte peut être différée et les moyens de secours mis en oeuvre de manière progressive et graduée ; des dispositifs complémentaires seront alors utilisés pour vous alerter : autres sirènes proches, appels téléphoniques automatisés, haut-parleurs fixes ou mobiles ...

Ecouter le signal de début d'alerte

Fin d'alerte :

fin-alerte

La fin de l’alerte est signalée par un son continu qui dure 30 secondes. Ce signal vous indique que le danger est passé et que les consignes sont levées. 

Sortez ensuite de votre lieu de mise à l’abri et pensez à bien aérer les locaux. 
Comme pour le début d’alerte, dans les zones où la sirène n’est pas audible, vous serez prévenu par d’autres moyens.

Ecouter le signal de fin d'alerte

Les bons reflexes

lesbonsreflexesLorsque les conséquences d’un accident sont susceptibles de dépasser les limites du site industriel, le PPI (Plan Particulier d’Intervention) est activé. Il est déclenché par le Préfet, en liaison avec les industriels, les maires concernés, les médias relais et les équipes de sécurité (sécurité civile, pompiers, forces de l’ordre, SAMU...).

Les consignes doivent être appliquées dès le lancement de l’alerte (sirènes, alertes téléphoniques...). Elles doivent être respectées scrupuleusement jusqu’à la fin de l’alerte.

La dernière campagne de sensibilisation sur les risques industriels majeurs a été déployée sur l’ensemble de la Région Rhône-Alpes en 2008. Une brochure d’information a été distribuée à chaque foyer concerné et plusieurs réunions publiques ont été organisées.

L’ensemble des informations est disponible sur le site www.lesbonsreflexes.com

 

 

puce-titre3En Bref : Les bons reflexes
separateur

blockheadericonÀ faire:

picto-misealabriMettez vous à l’abri dans le bâtiment le plus proche.
Fermez les portes, les volets et les fenêtres.

picto-ecouter-radioEcoutez la radio et respectez les consignes.
Les radios vous délivrent des informations sur la nature du risque, les consignes spécifiques et l’évolution de la situation. 

blockheadericonÀ ne pas faire:

picto-enfant-ecoleN’allez pas chercher vos enfants à l’école. Ils seront mis en sécurité par leurs enseignants qui connaissent les consignes.

picto-telephoneN’appelez pas pour ne pas encombrer le réseau téléphonique qui doit rester disponible pour les services de secours. 

blockheadericon Consignes complémentaires
Evitez toute flamme ou étincelle. ne vous rendez pas sur les lieux de l’accident ou à proximité, vous mettriez votre vie en danger et gêneriez les secours.

En savoir + :

L’ensemble des informations est disponible sur le site www.lesbonsreflexes.com