INFOS UTILES | DOCUMENTATION | CONTACT

Le point sur le PPRT de Pont-de-Claix

La Préfecture de l’Isère a diffusé fin janvier 2012 un communiqué concernant l’avancement du PPRT de Pont-de-Claix.

Par arrêté en date du 21 décembre 2011, le Préfet de l’Isère a prescrit l’élaboration du Plan de Prévention des Risques Technologiques de la plate-forme chimique de Pont de Claix.

Les activités de deux principales entreprises de la plate-forme chimique, PERSTORP et ISOCHEM, classées SEVESO  seuil haut, justifient la mise en place de ce plan  afin de  protéger les populations riveraines et de gérer le développement des communes, notamment celui de Pont de Claix, tout en permettant la poursuite des activités de la plate-forme.

Son périmètre,  d’un rayon de 3 500 mètres,  concerne 10 communes de l’agglomération grenobloise pour tout ou partie  :  Le Pont de Claix, Claix, Bresson, Champagnier, Echirolles, Eybens, Grenoble, Jarrie, Seyssins et Varces- Allières et Risset.

Parallèlement, le 23 décembre 2011, le Préfet de l’Isère a signé, aux côtés du Président de la région Rhône-Alpes, du Président de la Communauté d’Agglomération Grenoble Alpes-Métropole et du Président de PERSTORP France, une convention financière visant à renforcer la maîtrise des risques sur le site PERSTORP.

Les investissements qui seront réalisés dans les cinq années à venir, d’un montant supérieur à 100  millions d’euros  seront financés à hauteur de 40 % de l’assiette par l’Etat (25,325 M€), la métro (6 M€), la Région Rhône Alpes (3,5M€) .

Ce nouveau dispositif de réduction du risque à la source présente des avantages majeurs :

–          une meilleure sécurité des habitants,

–          le maintien de l’activité de PERSTORP et ISOCHEM sur le site, et par conséquent le maintien de l’emploi,

–          la réduction significative du périmètre des risques irréversibles évitant ainsi le nécessaire recours à l’expropriation de centaines d’habitations.

Il est à noter que l’Etat s’était engagé précédemment à hauteur de 40 M€ dans la mise en place de mesures de maîtrise des risques sur le site de l’entreprise ARKEMA de Jarrie. Cette 1ère convention avait permis de réduire le rayon des effets irréversibles de 4 100 mètres à 800 mètres  et  justifiait par conséquent la mise en révision du PPRT approuvé le 20 décembre 2010. Le 21 décembre 2011, la révision du PPRT de Jarrie a donc également été signée. Fin décembre 2011, un premier acompte d’un montant de 5,555M€ a été versé par l’Etat à ARKEMA correspondant au coût d’un nouvel atelier de production d’hydrogène construit au second semestre 2011.

Téléchargez l’arrêté préfectoral de prescription >>